Bienvenue

L’exercice de la peinture vise à faire mémoire d’un lieu, d’un moment ou d’une personne qui est promis à l’oubli si la peinture ne s’y attelle pas.  Peindre c’est reconstruire tous les souvenirs, les émotions liés à un endroit ou à un temps, et les organiser dans une architecture qui les unifie et leur redonne vie et mouvement. Là où l’oubli fragmente et détruit, la peinture reconstruit, organise et ressuscite. La peinture est une reconstruction poétique de la réalité.

Voici quelques clefs pour entrer dans l’œuvre :

L’espace n’est jamais plan et conforme à sa représentation habituelle, mais est toujours une architecture unique pour chaque œuvre, et chaque lieu ou moment représenté. Cette architecture combine toutes les différentes vues d’un lieu, toutes les facettes pour qu’elles ne soient pas une juxtaposition de scénettes, une énumération de souvenirs, mais un tout organique et dynamique. Ces architectures ou compositions, ces jeux sur l’espace expliquent le grand format des toiles.

Certains thèmes sont récurrents dans l’œuvre:

Les « toits de Paris » sont soit des sujets de toile, soit des motifs comme dans la série des « Tissus urbains ». Sujet ou décors, ils traversent toute l’œuvre et reviennent comme un leitmotiv.

L’utilisation de l’écrit sous forme de papier journal, d’écriture en script sur la toile, ou l’utilisation de lettre en coufique qui donne sa composition à certaines toiles sur le Maroc, est une autre constante de l’œuvre. L’écriture est une matière picturale au même titre que la couleur ou le trait. Elle peut être utilisée comme simple fond ou être lisible et apporter un sens supplémentaire à la toile.


Tessa est née en 1958 à Paris. Elle se forme dans différents ateliers d’arts plastiques et suit des études de Lettres à la Sorbonne. Cette double formation explique la présence d’écriture et d’écrits dans son travail comme son intérêt pour les illustrations de textes poétiques, en particulier «  La Crucifixion » de Jean Cocteau, ou religieux avec les « psaumes ». Son travail a été exposé à Grenoble, Paris, et en Californie (Stanford University).

.